musée guimet arts asiatiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

musée guimet arts asiatiques

Message  celtill le Dim 25 Mai - 11:25

musée guimet arts asiatiques


avec visite virtuelle à 360° du musée

http://www.guimet.fr/



super photo, mais un peu gros pour poster allez voir
http://marksquires.com/Images_Photos/guimet2006.jpg

Descrïption
Les nouveaux espaces du musée national des Arts asiatiques, fondé par Emile Guimet en 1889, offrent un cadre exceptionnel aux oeuvres sélectionnées en fonction de critères de qualité rigoureux. De nombreuses acquisitions de première importance, une série de donations exceptionnelles et une vaste campagne de restauration et de remontage d'ensembles monumentaux jamais exposés ont modifié sensiblement l'esprit des présentations antérieures à la rénovation des lieux. Dans un parti pris de simplicité et de rigueur scientifique, les collections des différentes civilisations s'ordonnent selon un ordre chronologique.

Le circuit des visites permet de comprendre les grands phénomènes "transasiatiques", tels que la diffusion vers l'est et le sud-est des formes religieuses indiennes par la route de la soie et par les voies maritimes, ou bien le vaste phénomène du rayonnement de la civilisation chinoise dans tout l'Extrême-Orient.

Certains pays, comme le Japon ou surtout la Corée dont le musée conserve de riches collections, bénéficient de plus d'espaces que par le passé. Des arts majeurs, comme la peinture chinoise, coréenne et japonaise, presque totalement absents dans les anciennes présentations, donne le sentiment de découvrir un nouveau musée.

Histoire
Emile Guimet était le fils d'un industriel, Jean-Baptiste Guimet, polytechnicien, inventeur du bleu outremer artificiel qu'il produisait dans une usine installée à Fleurieu-sur-Saône, près de Lyon. Ce bleu vif, qu'immortalisera Ingres dans son "Apothéose d'Homère", deviendra un produit utilisé par de nombreuses industries.

Emile Guimet prendra la succession de son père en 1860, à l'âge de 24 ans. Il deviendra président de la compagnie Pechiney en 1887, fondée avec des capitaux de sa famille. Le jeune industriel, marqué par son voyage en Egypte, écrira : "En 1865, j'entreprenais, comme tout le monde, un voyage de touriste en Égypte. La vue des monuments, les visites au Musée de Boulacq, la lecture du merveilleux catalogue rédigé par Mariette, attrayant même pour les profanes, tout cela avait ouvert mon esprit aux choses des temps passés et particulièrement aux croyances encombrantes dont les symboles se déroulent en Égypte sur des kilomètres de murailles" ... "Alors que je n'en étais qu'aux recherches égyptiennes, je sentais que ces objets que je réunissais restaient muets et que pourtant ils avaient des choses à me dire, mais que je ne savais pas les interroger. Je me mis à lire Champollion, Chabas, de Rougé, les rares livres d'égyptologie qu'on avait publiés à cette époque. Alors se dressa devant moi cette formidable histoire de l'Égypte, avec ses croyances compliquées, sa religion intense, sa philosophie grandiose, ses superstitions mesquines, sa morale pure. Des comparaisons s'imposaient avec les autres civilisations archaïques. Il fallait tourner mes regards vers l'Inde, la Chaldée, la Chine."

Émile Guimet, qui participera à de nombreux congrès internationaux d'anthropologie et d'archéologie, deviendra membre de la Société Asiatique sous le patronage d'Ernest Renan. Il découvrira le Musée ethnographique de Copenhague en 1874, qui lui fera une forte impression. "En sortant de ce musée unique en son genre, je me demandai si, en France, nous avions quelque chose d'analogue et si nous ne devions pas au plus tôt fonder une collection dont les enseignements sont si attrayants et si profitables".

Guimet remarquera que certains savants des années 1870, souvent des érudits, menaient des recherches sur des pays qu'ils n'ont jamais vus et pour lesquels ils n'ont sans doute pas de sympathie particulière. Il déclarera, lors du vingt-cinquième anniversaire de la fondation de son musée : "Quand on veut vraiment apprécier les civilisations anciennes ou exotiques qui faisaient l'objet de mes préoccupations, on doit faire abstraction de ses propres croyances, se dépouiller des idées toutes faites données par l'éducation, par l'entourage. Pour bien saisir la doctrine de Confucius, il est bon de se donner l'esprit de lettré chinois, pour comprendre le Bouddha, il faut se faire une âme bouddhique. Mais comment y arriver par le seul contact des livres ou des collections ?... Il est indispensable de voyager, de toucher le croyant, de lui parler, de le voir agir. Aussi, je me décidai à faire le tour du monde, à visiter le Japon, la Chine, l'Inde, comme j'avais fait de l'Égypte et de la Grèce".

Emile Guimet s'embarquera pour Yokohama à San Francisco, après avoir visité l'exposition universelle de 1876 à Philadelphie. Il emportera le texte d'un arrêté daté du 10 avril 1876 par lequel le Ministre de l'Instruction Publique le chargeait d'une mission au Japon, en Chine et aux Indes pour y étudier les religions de l'Extrême-Orient. Ce document officiel lui sera utile. Guimet, passionné de théâtre et d'opéra, découvrira avec enthousiasme le théâtre populaire Kabuki japonais.

Muni de la traduction d'un répertoire iconographique du XVIIème siècle, le Butsuzô zui, Emile Guimet réunira en quelques semaines une collection exceptionnellement cohérente d'images bouddhiques et de la religion shintô, constituée de plus de trois cents peintures et six cents sculptures. Bien reçu dans les temples qui apprécient qu'un étranger en mission officielle s'intéresse au bouddhisme au moment où cette religion connaît des relations difficiles avec les autorités de l'ère Meiji, Guimet organisera de véritables conciles qui réuniront des moines bouddhiques de différents temples de Kyoto et des prêtres shintô.

Bernard Frank, le continuateur de l'oeuvre d'Émile Guimet, insistera sur le fait que la collection réunie par l'industriel lyonnais n'est pas l'illustration d'un polythéisme mais l'expression de la richesse d'une pensée où "le Multiple ne diffère pas de l'Un".

Emile Guimet présentera une partie des collections ramenées du Japon, de la Chine et de l'Inde à l'exposition universelle de 1878, dans une salle intitulée "Religions de l'Extrême-Orient". Le succès, qui dépassera ses espérances, l'encouragera à achever au plus vite la construction, dans le nouveau quartier de La Tête d'Or à Lyon, d'un musée consacré aux religions du monde entier que Jules Ferry, alors Ministre de l'Instruction publique, inaugure en 1879. Le musée sera transféré à Paris en 1882, pour être plus proche des principales institutions savantes.

Emile Guimet s'engagera "à céder et transporter à l'État la propriété pleine et entière de ses collections en 1885, à faire construire à Paris, à ses frais, risques et périls, sur un terrain cédé à cet effet par la ville de Paris, un immeuble plus important que celui de Lyon".

Le Président Sadi Carnot inaugurera le musée consacré à tous les dieux de l'Inde, de la Chine, du Japon, de l'Égypte, de la Grèce et du monde romain, en novembre 1889. La bibliothèque, placée au coeur du bâtiment, aura un rôle aussi important pour la recherche que les galeries d'exposition.

Les religions de l'antiquité classique disparaîtront des galeries d'exposition lorsque l'État dirigera vers le musée Guimet de grands chefs d'oeuvre de l'art khmer rapportés par la mission Aymonier. Il conservera une section consacrée à l'Égypte ancienne jusqu'à son transfert au Louvre, en 1945. Les découvertes des missions d'Édouard de Chavannes et de Paul Pelliot nécessiteront l'agrandissement des espaces consacrés à l'histoire des grandes civilisations asiatiques.

Joseph Hackin, ancien secrétaire de Guimet qui lui succèdera, s'illustrera en tant que directeur des fouilles françaises en Afghanistan, avant de mourir pour la France en 1941


sources insecula
http://www.insecula.com/musee/M0185.html

_________________
l'ennemi est bête: il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui! j'en ris encore!

i don't remember, i drank too much !

gilda a écrit: je suis en vacances...
avatar
celtill
le prez

Masculin Nombre de messages : 4678
Age : 52
Localisation : 91
Date d'inscription : 13/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum